Boîte à outils

  • Rappel de vaccination (3e dose)

    Afin d’assurer l’efficacité de la vaccination contre les hépatites A et B (Twinrix), trois (3) doses sont nécessaires :

    1re


    2e :

    1 mois suivant la première dose

    3e :

    6 mois suivant la première dose

    Cet outil permet de vous expédier un rappel amical pour votre 3e dose du vaccin.

    Veuillez saisir la date de la deuxième dose reçue ainsi que votre adresse électronique. Vous recevrez un avis dans cinq (5) mois.

    Date du deuxième vaccin :

    :


     

  • Affiliée à
    CHUM
    toptéléphone
    Le VIH et le vieillissement

    Vieillir avec le VIH 

    Vieillir avec le VIH est un des sujets les plus discutés lors de conférences scientifiques ces dernières années. À la clinique médicale l’Actue, 34 % des patients sont âgés de plus de 50 ans. Aussi  6 % d’entre eux se sont infectés après l’âge de 50 ans. En 2010 le groupe des 45 à 54 ans représente 24 % des nouvelles infections par le VIH, le double de 2007 (13 %). Cette cohorte de patients est appelée à augmenter avec le temps. En 2017 environ 50 % des patients de la clinique seront âgés de plus de 50 ans. L’efficacité des thérapies antirétrovirales à long terme permet aux patients d’atteindre un âge plus avancé qu’il y a 10 ans.

    Vieillir avec le VIH  comporte un grand nombre de problèmes différents. Le VIH semble accélérer le processus de vieillissement chez certains patients surtout ceux infectés depuis longtemps. On sait aussi que le nombre le plus faible de CD4 (ou le nadir de CD4) peut aussi jouer un rôle dans le développement de certaines maladies : cardiaques, neurologiques, rénales, etc. Le début de traitement à des niveaux de CD4 plus élevé permet d’essayer de diminuer cette tendance. Les patients sous traitement plus âgés avec une charge virale contrôlée auront une augmentation de leur CD4 moins importante que des patients plus jeunes. En effet la régénération du système immunitaire diminue avec l’âge. Cela est du à la diminution du tissu capable de produire les CD4. Ceci démontre l’importance de ne pas retarder l’initiation de la thérapie antirétrovirale.

    On observe chez les patients infectés par le VIH plus âgés une augmentation de certaines comorbidités : problèmes cardiovasculaires, problèmes neurocognitifs, problèmes rénaux, problèmes osseux. On note aussi une augmentation de certains types de cancers: anal (souvent dû au VPH, virus du papillome humain), hépatique (surtout si les patients sont infectés par l’hépatite B ou C).

    Les manifestations cardio vasculaires peuvent avoir plusieurs causes. Une des plus importantes est le VIH. Etre infecté par le VIH serait un facteur de risque. Nous  ne connaissons pas cependant   le niveau exact de risque. Les problèmes lipidiques et le tabagisme sont aussi d’autres  facteurs importants. Certains médicaments anti VIH pourraient aussi être associés mais on ne connait pas actuellement l’importance de ce rôle.

    Les manifestations neurocognitives peuvent être plus fréquentes chez les patients infectés par le VIH. Elles peuvent prendre plusieurs formes : troubles de concentration, de mémoire, etc. Ils sont plus fréquents chez les patients non traités. Ils peuvent s’améliorer chez certains patients avec la thérapie antirétrovirale. Selon la littérature tous les médicaments ne sont pas égaux pour la pénétration au niveau du système nerveux central. Mais cette notion est controversée et n’est pas encore prouvée de façon définitive.

    Les manifestations rénales peuvent aussi être dues à l’infection par le VIH. Elles peuvent diminuer en débutant une thérapie antirétrovirale. Elles peuvent aussi être dues à d’autres problèmes de santé : diabète, hypertension, problèmes cardiovasculaires. Elles peuvent aussi être dues à la prise de certains médicaments anti VIH.

    Les manifestations osseuses comprennent l’ostéopénie et l’ostéoporose. La cause exacte de l’incidence plus élevée chez les patients infectés par le VIH est sujette de débats.

    L’hypogonadisme, le manque de vitamine D, l’usage de certains médicaments et l’infection par le VIH pourraient jouer un rôle. Ici encore on ne connait l’importance de ces différents facteurs.

    Vieillir avec le VIH est un domaine où beaucoup de recherches s’effectuent. Plusieurs questions restent encore sans réponse. Cependant l’évolution des connaissances à ce niveau va permettre de mieux suivre cette nouvelle cohorte de patients.

    — Dr. Junod

    Rapport sur le VIH et le vieillissement au Québec — 2013
    Dépistage - Campagne
    Vidéo - Une vie
    Le VIH et le sida au travail .pdf
    Votre santé et vous .pdf
    Mieux vivre avec le VIH .pdf
    Lutte contre les préjugés
    Magazine Relais