Boîte à outils

  • Rappel de vaccination (3e dose)

    Afin d’assurer l’efficacité de la vaccination contre les hépatites A et B (Twinrix), trois (3) doses sont nécessaires :

    1re


    2e :

    1 mois suivant la première dose

    3e :

    6 mois suivant la première dose

    Cet outil permet de vous expédier un rappel amical pour votre 3e dose du vaccin.

    Veuillez saisir la date de la deuxième dose reçue ainsi que votre adresse électronique. Vous recevrez un avis dans cinq (5) mois.

    Date du deuxième vaccin :

    :


     

  • Clinique médicale l'Actuel
    Affiliée à
    CHUM
    toptéléphone

    [Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente

    4 septembre 2013

    Voir plus bas pour l'Annexe au communiqué : « À propos des ITS, du VIH/sida et des hépatites » et pour des liens vers quelques vidéos

    Vidéos éducatives sur la santé sexuelle, les ITS, les hépatites et le VIH/sida

    Montréal, le 4 septembre 2013 — Dans le cadre de sa nouvelle stratégie web et sociale, la Clinique médicale l’Actuel diffusera sur son site web, sa chaîne YouTube et ses réseaux sociaux, des vidéos éducatives présentées par les médecins de la Clinique A rue McGill, de l’Actuel sur rue et de la Clinique médicale l’Actuel.

    « Malheureusement, on voit déjà les effets de l’absence d’éducation sexuelle dans les écoles et du manque de campagnes de prévention pour la population générale; la prise de risque augmente, donc le nombre d’infections augmente. On voit même réapparaître des maladies qui avaient pratiquement disparu, comme la syphilis, et de nouvelles maladies qui surgissent comme la Lymphogranulomatose vénérienne. », déplore Dr Réjean Thomas, Président-fondateur. « Aussi, on ne rappellera jamais assez l’importance de passer des tests de dépistage régulièrement. »

    Ces 40 (20 en anglais et 20 en français) capsules sous-titrées sont des résumés des contenus les plus couramment consultés sur le site web de la Clinique médicale l’Actuel. Utiles et faciles à partager, elles fournissent des informations de base en matière de santé sexuelle et donnent de bons conseils de prévention.

    Lors d’un diagnostic d’infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS), certaines informations peuvent ne pas être retenues sous l’effet du choc ou de la peur. Ces capsules et contenus diffusés sur nos plateformes se veulent donc un important complément de la visite médicale, voire un aide-mémoire, ou encore une piste dans l’évaluation de symptômes cliniques.

    La santé sexuelle est intimement liée à la santé générale et à la santé mentale. Si le mandat de l’Actuel consiste à offrir des soins de haute qualité en matière de dépistage et de traitement des ITSS, nous croyons fermement en l’éducation, l’information et la prévention comme éléments clés de l’amélioration de la santé et de la qualité de vie pour tous.

    À propos de Clinique médicale l’Actuel, l’Actuel sur rue et la Clinique A rue McGill
    Depuis 1984, grâce au soutien continu de médecins passionnés, ces cliniques sont les lieux privilégiés du développement des connaissances relatives à la santé sexuelle, aux ITSS, aux hépatites et au VIH/sida. Au fil des ans, la Clinique médicale l’Actuel est devenue un centre d’excellence et une référence pour nombre de professionnels de la santé à travers la francophonie et le monde. Chaque année, plus de 50 000 consultations sont assurées par les médecins de ces cliniques.

    Le site web de l’Actuel vise à démocratiser le savoir et l’expertise développés par les professionnels des cliniques. Un des principes fondamentaux de la médecine moderne repose sur l’éducation du patient afin de l’amener à mieux comprendre la nature de son infection et ainsi de mieux l’outiller pour soigner, contrôler ou prévenir la maladie.

    À propos de Communications l’Actuel — Média A
    Depuis deux ans, grâce à la stratégie web et sociale mise en œuvre en collaboration avec La boîte à solutions, le site web de la Clinique l’Actuel a vu ses visites augmenter de 500 % pour atteindre 50 000 visiteurs uniques mensuellement. Ses contenus rejoignent aussi des visiteurs de la France, ainsi que des pays francophones d’Europe et de l’Afrique francophone dans une proportion sans cesse grandissante. Ces résultats confirment que la population souhaite être mieux informée en matière de santé sexuelle.

    Afin de poursuivre sa mission de prévention, d’information et d’éducation, la clinique a mis sur pied Communications l’Actuel – Média A, qui a comme mandat de développer des contenus adaptés aux nouveaux médias et à l’évolution des tendances en communication.

    À propos des ITS, du VIH/sida et des hépatites
    Les infections transmissibles sexuellement et par le sang sont en recrudescence, surtout chez les jeunes — Voir l’annexe plus bas pour plus d’informations.

    Quelques vidéos : Les ITSS, la chlamydia, la PPE, la salpingite.

    Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/CliniquelActuel

    CLINIQUE MÉDICALE L'ACTUEL : Centre d'excellence VIH - ITS - Hépatites, depuis 1984 | twitter | facebook
    L'ACTUEL SUR RUE : Éducation - Information - Prévention | www
    CLINIQUE A RUE McGILL : Centre de santé sexuelle et santé voyage| www | twitter | facebook

    – 30 –

    Relations de presse : Alain Des Ruisseaux, Des Ruisseaux Communications
    514 272-3072, poste 202 ; [email protected]

    Annexe au communiqué

    Les ITS, le VIH/SIDA et les hépatites
    Depuis quelques années, les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS, anciennement MTS) sont en recrudescence en raison du relâchement des mesures de prévention, comme le port du condom ou l’éducation sexuelle auprès des jeunes.

    Par exemple, le nombre total d’infections à chlamydia, ITS bactérienne la plus fréquente, surtout chez les jeunes de 15 à 24 ans, a presque triplé entre 1997 et 2011 au Québec. Entre 2006 et 2010 au Québec, il y a eu une augmentation de 57 % des cas de gonorrhée, qui est la deuxième ITS la plus fréquente en Amérique comme en Europe, augmentation qui monte à 84 % chez les jeunes de 15 a 24 ans.

    À Montréal, on assiste présentement à une éclosion du LGV, qui touche particulièrement la communauté gaie et bisexuelle, mais pas seulement, elle touche aussi des jeunes hétérosexuels.

    La syphilis, qui avait presque disparu pendant plusieurs années, réapparaît malheureusement, principalement chez les hommes gais et bisexuels.

    Depuis la dernière année, nous voyons de plus en plus de cas de transmission sexuelle de l’hépatite C, virus qui se transmet habituellement essentiellement par le sang (partage de seringues, transfusions sanguines, tatouage, piercing) — bien que les hommes gais séropositifs semblent plus touchés, des cas sont observés chez les hommes gais séronégatifs.

    La prévention
    Plusieurs infections transmises sexuellement sont asymptomatiques, c’est-à-dire sans symptômes. Les personnes infectées peuvent donc l’être sans le savoir et transmettre une ITS sans le savoir, raison pour laquelle il est primordial d’insister sur l’importance de dépistages réguliers. Toute personne active sexuellement devrait passer un test de dépistage au minimum une fois par année. Cependant, le médecin peut aider à évaluer les facteurs de risque et recommander des dépistages aux 6 mois ou aux 3 mois. Fait important à rappeler, 25 % des personnes vivant avec le VIH ignorent leur statut sérologique.

    Il est aussi essentiel d’informer la population au sujet du traitement épidémiologique des partenaires, c’est-à-dire, que les partenaires sexuels des personnes recevant un diagnostic d’ITSS soient avisés, évalués, dépistés et traités. Non seulement pour éviter la réinfection par un ou plusieurs partenaires en brisant la chaîne de transmission, mais aussi pour aider à éradiquer certaines infections. Le site web de la Clinique médicale l’Actuel offre en ce sens un module de notification anonyme des partenaires et nos médecins peuvent accompagner les patients dans cette démarche.

    Les ITS non dépistées et non traitées augmentent le risque de contracter et de transmettre le VIH/sida.

    Les tests de dépistages des ITSS, faits régulièrement, permettent aussi de cibler les vaccins à recommander selon l’historique du patient. Cependant, dans certains cas, ces vaccins demeurent la solution la plus efficace de prévention. Par exemple : le vaccin quadrivalent contre le VPH, responsable de 95 % des condylomes, est gratuit et recommandé pour toutes les femmes jusqu’à 26 ans et dans certains cas pour les hommes ; tous devraient être vaccinés contre l’hépatite B ; et, pour les gens qui voyagent beaucoup, contre l’hépatite A.