Boîte à outils

  • Rappel de vaccination (3e dose)

    Afin d’assurer l’efficacité de la vaccination contre les hépatites A et B (Twinrix), trois (3) doses sont nécessaires :

    1re


    2e :

    1 mois suivant la première dose

    3e :

    6 mois suivant la première dose

    Cet outil permet de vous expédier un rappel amical pour votre 3e dose du vaccin.

    Veuillez saisir la date de la deuxième dose reçue ainsi que votre adresse électronique. Vous recevrez un avis dans cinq (5) mois.

    Date du deuxième vaccin :

    :


     

  • Affiliée à
    CHUM
    toptéléphone

    Cliniques de PrEP - 514 524 1001

    Les cliniques de PrEP reçoivent des personnes qui souhaitent prendre la PrEP (prophylaxie pré-exposition sexuelle) ou qui se questionnent à ce sujet.

    Voir ici 11 questions et réponses sur la PrEP

    Un rendez-vous dans une clinique de PrEP permet de rencontrer un médecin et une infirmière qui prennent le temps nécessaire pour :

    • Évaluer le niveau de risque de la personne
    • Évaluer la possibilité que la personne prenne la PrEP
    • Expliquer la PrEP et son utilisation (continue ou intermittente)
    • Répondre à toutes les questions

    Il est important de bien évaluer, au cas par cas, si la PrEP est indiquée.

    Les personnes susceptibles de bénéficier de la PrEP

    • Les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH)*
    • Les personnes dont le ou la partenaire est infecté(e) par le VIH et non encore traité(e)
    • Les usagers de drogues injectables qui n'utilisent pas systématiquement des aiguilles et seringues stérilisées

    *L’infection au VIH demeure très préoccupante dans la communauté gaie au Québec. Le nombre de nouveaux diagnostics a augmenté de 17 % entre 2009 et 2013. Parmi les hommes, les trois quarts (76,4 %) des nouveaux diagnostics sont des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). De plus, la tendance des nouveaux diagnostics montre une hausse chez les jeunes HARSAH âgés de moins de 35 ans.

    Avant de prendre la PrEP

    La PrEP s’adresse aux personnes séronégatives à haut risque de contracter le VIH et qui souhaitent réduire ce risque.

    Avant de commencer la PrEP, il faut :

    • Faire un test de dépistage du VIH pour connaître le statut sérologique
    • Effectuer un bilan sanguin pour vérifier, notamment, qu’il n’y a pas de contre-indication médicale
    • Dépister les autres infections transmissibles sexuellement (ITS)

    Pendant la PrEP

    Le traitement utilisé pour la PrEP est le Truvada, un comprimé qui se prend une fois par jour par voie orale. Ce médicament contient 2 antirétroviraux qui bloquent le cycle de réplication du VIH et l’empêchent de se multiplier dans le sang et de contaminer l’organisme.

    Ce traitement peut provoquer des effets indésirables bénins, comme des nausées ou des maux de tête, surtout au début du traitement. La plupart des effets secondaires sont de courte durée. Il est important d’en discuter avec le médecin.

    Même s’ils sont rares, d’autres effets secondairesplus sérieux peuvent survenir lors de la PrEP; d’où la nécessité d’effectuer un bilan sanguin au préalable et par la suite.

    Les personnes sous PrEP doivent être suivies tous les 3 mois pour :

    • Effectuer un bilan sanguin
    • Faire des tests de dépistage du VIH et des ITS
    • Évaluer le niveau d'adhérence au traitement

    L'efficacité de la PrEP

    Les plus récentes études ont montré que la PrEP diminue de 92 % le risque d'infection par le VIH, si le traitement est suivi rigoureusement : plus le traitement est suivi à la lettre, plus la PrEP est efficace.

    La PrEP n’est pas efficace à 100 %, ne protège pas contre les autres ITS et ne remplace pas le condom. Ce traitement préventif doit être jumelé aux autres méthodes de prévention telles que l'utilisation du condom et les dépistages réguliers.

    La PrEP s'inscrit dans une approche globale de prévention qui permet de limiter les risques d’infection au VIH en fonction du niveau d’exposition des personnes.

    L'engagement de l'Actuel

    À la Clinique médicale l’Actuel, nous prescrivons la PrEP depuis 2011.

    Nous croyons que la PrEP n’est pas encore suffisamment utilisée. Il est donc important d’informer les communautés les plus à risque de l’existence de cette nouvelle stratégie de prévention et de ses bénéfices, et de la rendre disponible le plus possible.

    Nous avons développé un protocole de suivi des personnes sous PrEP et ce suivi étroit amène un counseling fréquent qui permet d’inviter les patients à encourager leurs partenaires à se faire dépister; de leur rappeler que la PrEP ne fonctionne pas à 100 % et qu’il est préférable de la combiner avec d’autres moyens de protection.

    Notre mission est de rendre accessible de façon efficace, et au plus grand nombre de personnes, une réelle prévention combinée qui comprend le dépistage régulier, l'utilisation du condom, la PrEP, la PPE (prophylaxie post-exposition) et la promotion de comportements sécuritaires.

    Nous sommes convaincus que la mise en œuvre de ces stratégies de prévention intégrées permettra de diminuer le taux de transmission du VIH.

    « Les défis qui nous attendent sont formidables. Nous devrions souscrire et nous attacher au principe selon lequel toutes les populations ont un droit en matière de prévention et de traitement efficaces du VIH. Maintenant que la PrEP a montré qu’elle fonctionnait, il me semble que l’extension de l’accès à la PrEP n’est pas seulement une affaire de politique de santé publique, mais un droit humain impératif. » — Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine, 2008