Boîte à outils

  • Rappel de vaccination (3e dose)

    Afin d’assurer l’efficacité de la vaccination contre les hépatites A et B (Twinrix), trois (3) doses sont nécessaires :

    1re


    2e :

    1 mois suivant la première dose

    3e :

    6 mois suivant la première dose

    Cet outil permet de vous expédier un rappel amical pour votre 3e dose du vaccin.

    Veuillez saisir la date de la deuxième dose reçue ainsi que votre adresse électronique. Vous recevrez un avis dans cinq (5) mois.

    Date du deuxième vaccin :

    :


     

  • Clinique médicale l'Actuel
    Affiliée à
    CHUM
    toptéléphone

    VIH — Le traitement des enfants représente un défi

    15 janvier 2013

    KIRKLAND, QC, le 15 janv. 2013 /CNW Telbec/ — Malgré les progrès importants réalisés dans le traitement de l'infection par le VIH/sida au Canada et dans le monde, la prise en charge des enfants infectés par le VIH demeure difficile.

    « L'un des plus grands défis auxquels nous devons faire face en tant que médecins, lorsque nous traitons des personnes infectées par le VIH, en particulier les enfants, est de les amener à prendre leurs médicaments conformément au traitement prescrit. L'observance du traitement contre le VIH est cruciale pour empêcher le virus de devenir résistant aux médicaments qui peuvent sauver la vie », déclare le docteur Christos Karatzios, professeur adjoint de pédiatrie, division des maladies infectieuses, Hôpital de Montréal pour enfants. « En présence d'une résistance virale, le médicament devient inefficace, et d'autres médicaments doivent être disponibles, sinon, le traitement échouera. »

    Merck Canada a annoncé aujourd'hui qu'ISENTRESS® (raltégravir) est maintenant approuvé en association avec d'autres antirétroviraux pour le traitement de l'infection par le VIH-1 chez les enfants et les adolescents âgés de 2 ans et plus ayant déjà été traités. Des comprimés à croquer seront offerts pour les enfants de 2 à 11 ans1.

    « L'homologation du raltégravir pour les enfants infectés par le VIH est importante, car elle offre aux pédiatres un nouveau médicament qui s'est révélé, chez les adultes et dans les récentes études chez les enfants, un produit bien toléré et doté d'un bon profil d'innocuité », souligne le Dr Karatzios. « De nombreux enfants trouvent que certains médicaments actuels contre le VIH goûtent mauvais et ils refusent de les prendre, ou encore les vomissent en les prenant. »

    Le raltégravir est un médicament contre le VIH offert en comprimé à croquer agréable au goût pour les enfants
    Toujours selon le docteur Karatzios : « Le goût est véritablement un problème chez les enfants qui doivent prendre des médicaments, surtout chez ceux âgés de 2 ans à 10 ans. S'ils goûtent mauvais, ils ne voudront pas les prendre. Les médecins disposent maintenant d'un médicament contre le VIH que les enfants pourront mieux accepter. C'est une bonne nouvelle, car aucun médecin ne veut voir un enfant et sa famille souffrir en raison des conséquences que cause une infection par le VIH non traitée. »

    Transmission du VIH chez l'enfant
    La transmission du VIH de la mère à l'enfant peut survenir durant la grossesse (transmission in utero) ou durant l'accouchement, lorsque le nouveau-né entre en contact avec le sang maternel et les sécrétions cervico-vaginales. En l'absence de toute intervention, on estime que 25 % des femmes enceintes infectées par le VIH transmettront le virus à leur enfant au cours de la grossesse ou à l'accouchement. Si une mère séropositive allaite son enfant, le risque de transmission augmente à environ 35 %.

    Même si on a constaté une baisse du taux de transmission du VIH de la mère à l'enfant, le nombre absolu d'enfants exposés au VIH in utero ou à la naissance est en hausse.

    Lire le communiqué en entier